- Carnet de Vie -

BEAUNE

Ancienne capitale des Ducs de Bourgogne, Beaune s'enrichi d'un passé viticole de près de 1500 ans.
Son vignoble, imprégné par l'histoire des ordres religieux, a vu la mise en valeur des meilleurs coteaux, et depuis fort longtemps, la découverte et la délimitation de ses terroirs.
Fière de ses 37 premiers crus différents, et de nombreux lieux-dits en appellation Beaune et Côte de Beaune, la commune offre des blancs et des rouges remarquables qui ont fait sa notoriété dans le monde entier.

JEAN CLAUDE RATEAU

Dès ma prime enfance, j'ai connu les vendanges, le sucre des raisins qui barbouillait mes petites joues, et rendait mes mains collantes, la convivialité des cassecrôutes au bout de la vigne, la joie du repas de fête qui clôture la récolte : la paulée.
Mon grand père paternel, Lucien Rateau, ouvrier caviste, a planté sa propre vigne à La Grande Châtelaine, et produisait son Côte de Beaune rouge et son Côte de Beaune blanc.
Mon grand père maternel, Marcel Boussey, chef jardinier à la ville de Beaune cultivait aux Beaux Fougets, un Beaune village remarquable, de très longue garde. J'en garde précieusement les dernières bouteilles mises de côté pour ma naissance, il y a longtemps, en 1957.
Mon père enfin, entre ses nombreuses entreprises, a cultivé et vinifié pour la famille Thoenig, propriétaire, ses premières parcelles dans les Bressandes, les Prévolles et les Reversées.
Après des études au Lycée viticole ou j'appris la modernité de mon métier, je suis parti effectuer pendant une année, un petit "tour de France", où j'ai pu partager l'expérience d'autres vignerons.
J'ai taillé sur la colline de Brouilly, vécu mes premiers contacts avec la biodynamie dans les Beaujolais Villages proche de Lyon, palissé et conduit mes premiers tracteurs dans les Graves en pays Bordelais.

LE DOMAINE JEAN CLAUDE RATEAU

C'est avec les vignes familiales que mon domaine s'est mis en place, sur 2 hectares, en 1979.
Dès le début, mes choix se sont portés vers les techniques respectueuses de l'environnement, en mettant en place au Clos des Mariages, les premiers essais Bourguignons de la biodynamie. C'est en collaborant avec des chercheurs comme Claude BOURGUIGNON (microbiologiste des sols) ou Yves HERODY (pédologue) que j' ai appris la bonne conduite des sols.
Puis le vignoble s'est développé, grâce à la confiance et au partenariat de passionnés de vins de Bourgogne, la famille Thoenig d'abord avec laquelle nous avons osé planter en chardonnay le superbe terroir des Coucherias. Puis, nous avons introduit avec la famille Baechtold, nos premiers Bourgogne rouge sur Pommard, pour suivre sur la très belle implantation de Hautes Côtes de Beaune dans la vallée sauvage des Monchots.
Fort de ses 15 parcelles, implantées dans 12 terroirs différents, le domaine propose aujourd'hui une gamme complète, en blanc et en rouge, de terroirs de Beaune: 4 vins d' appelation régionale, 7 cuvées d'appellation village, et 3 premiers crus.

SOLS ET CLIMATS

Les sols argilo-calcaires de Beaune offrent une grande diversité de situation.

Il est indispensable d'être à l'écoute du terroir pour magnifier chacune de ses particularités, le fruits et le plaisir des appellations régionales, l'ouverture et la complexité des Beaunes, la profondeur et le potentiel de garde des premiers crus. Des fortes pentes des Bressandes au sols fertiles des Bourgognes de bas de coteaux, c'est chaque année une nouvelle écoute pour comprendre comment chaque lieu vie les contraintes et les potentiels du millésime.
Chaque parcelle implique des choix précis dans les modes de conduite, pour donner au vin qu'elle produit la plus belle expression de son terroir.

retour